Aller au contenu

Ella, la mère d'Alice, disparut. Kidnappée par "eux", par l'"Hinterland". Alors, pour la retrouver, Alice se fit ce que sa mère lui avait formellement interdit : se mettre en contact avec un fan, et se renseigner sur le livre d'Althea Prosperine.

😀

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51A5G8AKFGL._SX335_BO1,204,203,200_.jpg

Alice est une américaine comme les autres. Elle a 16 ans, et vit à New York. Enfin, avant, elle habitait l'Utah. Et encore avant, le Nebraska. Et avant encore... Bref, elle et sa mère déménagent dès que "la poisse" réapparaît. La poisse, c'est lorsqu'un homme lui dépose un peigne. C'est lorsqu'une femme monte dans le même bus qu'elles, et se met à tracer une spirale au-dessus de sa tête. Lorsqu'un corbeau se met à rôder près de leurs fenêtres. Alors, il est temps de repartir, avant que le pire n'arrive.

Rien d'autre à signaler ? Non. Si ce n'est sa grand-mère, Althea Prosperine. Elle écrivit un livre dans sa jeunesse. Un livre de contes de fées. De fées maudites et de princesses vendues. De contes noirs et amers. Un livre à succès qui fit couler beaucoup d'encre. Quelques années plus tard, Althea disparut. Et le livre aussi : il ne reste que de rares exemplaires, recherchés par de nombreux illuminés.

Rien d'autre à signaler. Jusqu'au jour où Ella, la mère d'Alice, disparut également. Kidnappée par "eux", par l'"Hinterland". Alors, pour la retrouver, Alice fit ce que sa mère lui avait formellement interdit : se mettre en contact avec un fan, et se renseigner sur le livre d'Althea Prosperine.

Lire la suite

Louis est un fils de la guerre : son père est un soldat noir-américain rentré au pays.

Le lecteur découvre en même temps que le héros son histoire, ainsi que celle de ses parents et de ses grands-parents. Et malgré les insultes de ses camarades et les regards éloquents de ses contemporains, il reste très fier d’être le descendant d’hommes libres.

L’écriture est simple : factuelle, linéaire, directe. Elle convient parfaitement aux petits lecteurs. À travers ce livre, l’auteure rapporte des éléments d’Histoire et des mœurs de l’époque de façon concrète : le protagoniste (et donc le lecteur) est directement concerné. Et il nous rappelle des choses qui ont bien changé, comme l’absence de salle de bain dans les habitations, ou la séparation stricte des garçons et des filles durant toute la scolarité.

De 9 à 13 ans.

 

WOUTERS, Josette. Le père de Louis. Oskar, 2017. 106 p. ISBN 9791021405721

Où peut-il emmener sa petite sœur en sécurité ? La nouvelle élève de sa classe lui suggère alors de se réfugier dans un camp : le domaine de la louve.

Elyo, a peur pour sa mère et sa sœur. Un voisin, Laloi, vient souvent vendre de la drogue à sa mère. Et lorsque celle-ci ne peut plus payer, celui-ci suggère de prostituer la petite Lucile. Que peut-il faire, seul, à 13 ans ? Où peut-il emmener sa petite sœur en sécurité ? La nouvelle élève de sa classe lui suggère alors de se réfugier dans un camp : le domaine de la louve.

Pascale Perrier nous fait bien partager les angoisses d’Elyo. Cette colonie idéale et gratuite n’est-elle pas un leurre ? Risque-t-il de se faire emporter dans un trafic encore plus grave que la drogue ? Ou au contraire, serait-ce une opportunité d’éviter d’être séparé de sa sœur, et de suivre la seule personne à qui il puisse faire confiance ?

Le traitement des évènements est parfois forcé et manque de naturel (les réactions de la police, de l’inspecteur de centres de loisirs...). Peu importe, on pousse encore plus loin : des enfants vivant dans des tanières, volontaires pour aller à la rencontre d’autres enfants en difficulté, une petite sœur en fait pas si fragile… Tout ça a tout de même un parfum de Cherub revisité (Robert Muchamore, éditions Casterman, 2007).

Néanmoins, ce livre aborde des situations peu abordées dans la littérature jeunesse : l’abandon involontaire par la mère, faire des choix difficiles, le trucage de l’information. Très intéressant !

 

De 12 à 15 ans.

PERRIER, Pascale. Ceux de la louve, Tome 1 : Nouveau départ. Gulf Stream éditeur, 2018. 217 p. ISBN 9782354885403

Une fable simple et imagée qui s’adresse à tous.

Dans le village aux mille roses, un jardinier magicien est capable de créer des fleurs magnifiques. Et la fleur préférée du chef du village, c’est la rose noire. Il l’aime tellement, qu’il fait déraciner tous les autres rosiers. Et lorsque le jardinier réussit à créer un rosier aux fleurs multicolores qui repoussent, le chef ordonne d’arracher toutes les roses. Les habitants réagissent.

http://philippe-nessmann.fr/wp-content/uploads/2016/10/Capture-1-237x300.gif

Philippe Nessmann a créé ce conte suite aux attentats du 13 novembre 2015. Il nous livre un espoir dans la création et l’ambition, dans la diversité et la solidarité, dans l’indignation et la défense des valeurs humaines. Une fable simple et imagée qui s’adresse à tous.

 

NESSMANN, Philippe. Le village aux mille roses. Éd. Flammarion jeunesse. 48 p. ISBN 9782081391826

Un bon cocktail d’aventure, de fantasy, d’amour, de conte et d’horreur, bien dosé et bien relevé. Santé !

Louna a des yeux de chats, une queue de reptile, des ailes de corbeaux... mais aucun souvenir de ce qu’il lui est arrivé. Elle sait par son père qu’elle a été victime du sorcier. Ce sorcier qui a jeté un maléfice sur la ville de Bryre.

Depuis 10 ans, les jeunes filles tombent unes à unes gravement malades, et se retrouvent à la merci du magicien. Il peut alors les enlever et réutiliser leur jeunesse pour ses potions. Alors, son propre père l’a ramenée à la vie, et l’a armée pour pouvoir défendre la ville. Louna a la mission d’aller chercher une jeune fille dans la prison du sorcier chaque nuit afin de les sauver.

On le sait, que c’est lui, le sorcier. À moins que l’auteure ne nous réserve une surprise bluffante dans le deuxième tome ! Mais en attendant, elle dévoile à chaque chapitre une preuve accablant le père, et mettant la fille dans l’embarras. Et on ne peut que continuer à suivre cette intrigue pleine de nœuds.

J’ai particulièrement apprécié l’ambiance rendue par les lieux. La ville endormie et envahie par les ronces. La maison du sorcier du père entourée d’un labyrinthe de haie drue. La fontaine où un garçon sentant le pain chaud laisse une rose tous les soirs. La forêt où coule une rivière, et où l’ont peut donner rendez-vous au dernier dragon… Pas besoin de lourdes descriptions, Catherine emprunte largement à d’autres histoires. Et cela transporte encore mieux notre imagination.

Un bon cocktail d’aventure, de fantasy, d’amour, de conte et d’horreur, bien dosé et bien relevé. Santé !

À partir de 12 ans.

 

CONNOLLY MarcyKate. Louna. tome 1. La créature de Bryre. Éd. Milan, 2017. 252 p. ISBN 9782745978288