Aller au contenu

Le récit surfe sur la même vague que "Hunger Games" : un ordre établi, une révolution à provoquer. Mais il bénéficie lui aussi d'un fort imaginaire, complètement différent, développé qui plus est dans notre monde contemporain. Et Vic James se joue de l'écriture. Il sait l'adapter selon le point de vue de ses personnages, et l'utiliser pour surprendre son lecteur.

Les Égaux, supérieurs à la population (normal), la gouvernent. Ils ont un Don : ils peuvent construire des bâtiments à partir de rien, arrêter ou forcer les gestes du commun des mortels, influer leur inconscient dans la prise de décision. Et, en Angleterre particulièrement, ce gouvernement a trouvé une solution à ce fameux problème : où trouver de la main-d’œuvre docile et gratuite ? Tout simplement, en réduisant la population à l'esclavage. Juste dix années, une période qu'ils choisissent eux-mêmes ! Et le restant de leur vie, ils ont droit à une juridiction et une protection de véritables citoyens.

Dans ce contexte, Luke, 16 ans, devient esclave avec toute sa famille. Sa grande sœur, Abi, a bien préparé le coup : ils seront membres du personnel de la famille du chancelier. De quoi passer dix années pas si terribles. Mais au moment du départ, ils apprennent que Luke ne viendra pas avec eux. C'est un "mâle célibataire non qualifié". "Surplus : réaffecter". Sous les protestations horrifiées de ses parents, il est brutalement jeté dans un fourgon. Destination Millmoor, la cité des esclaves ayant la pire des réputations.

Lire la suite

Le film n'a pas l'ambition de nous enseigner la permaculture. Au contraire, il nous montre qu'elle ne peut pas se copier-coller. Qu'il s'agit d'observer son terrain, pendant un an, puis de l'aménager en fonction des ressources disponibles (le soleil, la pluie, les cours d'eau...), en concevant un véritable design "in situ".

Le film n'a pas l'ambition de nous enseigner la permaculture. Au contraire, il nous montre qu'elle ne peut pas se copier-coller. Qu'il s'agit d'observer son terrain, pendant un an, puis de l'aménager en fonction des ressources disponibles (le soleil, la pluie, les cours d'eau...). De concevoir un véritable design "in situ". Lire la suite

Yallah Bye : un témoignage à plusieurs voix prenant !

Mustapha emmène sa famille au Liban, son pays d'origine. Son fils aîné, Gabriel, reste à la maison pour pouvoir passer des auditions, et doit les rejoindre ensuite. Là-bas, les vacances s'annoncent merveilleuses : Tyr est une ville magnifique, avec sa plage, ses marchés, et  ses citadins qui savent profiter d'une chicha au soleil.

Mais nous en sommes en juillet 2006. L'armée israélienne se met à bombarder le Hezbollah, caché dans la campagne proche. Les habitants se montrent rassurants et blasés : "Mais non, ça ne va pas durer. Ils ne vont pas viser la ville. On a l'habitude." Cependant, les bombardements continuent, privant peu à peu Tyr d'eau courante, d'électricité, de circulation et de ravitaillement. Et en quelques jours, ils atteignent véritablement le centre-ville.

Yallah Bye nous renvoie bien la situation et les sentiments de chaque personnage. Le père, qui avait participé à la résistance dans sa jeunesse, qui ne peut toujours rien arranger à la situation de son pays, et qui refuse de fuir à nouveau. La mère, morte d'angoisse, qui peste contre l'ambassade qui ne peut faire évacuer. Et Gabriel, resté en France et mort d'inquiétude, abasourdi par le calme environnant, tentant vainement de convaincre la population pour faire pression sur le gouvernement et reprendre les négociations avec Israël pour organiser l'évacuation. Opposition totale avec les Libanais, qui de toutes façons n'ont nulle part où aller, et affichent une placidité presque effarante. Un témoignage à plusieurs voix prenant !

 

PARK Kyungeun ; SAFFIEDDINE Joseph. Yallah Bye. Le Lombard, 2015. 160 p.
ISBN 978-2-80-36-3440-8

Takam Tikou : une revue électronique spécialisée en littérature jeunesse en Afrique, aux Caraïbes, en Océanie, et dans les pays arabophones. Ce quadrimestriel du CNLJ (Centre National de la Lecture pour la Jeunesse) se veut lieu numérique d'échange entre professionnels du livre, pour la valorisation de la littérature des enfants et des jeunes dans le monde.

Vous avez envie de connaître la situation du livre pour les enfants au Cameroun ? Découvrir un illustrateur des Caraïbes ? Contacter une maison d'édition guadeloupéenne ? Ou vous recherchez une bibliographie d'albums en arabe ?

Pour préparer une animation ou pour vous documenter à titre personnel, allez jeter un œil sur Takam Tikou : une revue électronique spécialisée en littérature jeunesse en Afrique, aux Caraïbes, en Océanie, et dans les pays arabophones. Ce quadrimestriel du CNLJ (Centre National de la Lecture pour la Jeunesse), et hébergé par la BnF, se veut lieu numérique d'échange entre professionnels du livre, pour la valorisation de la littérature des enfants et des jeunes dans le monde.

Bonne navigation !

 

Franc-comtois, vous avez sans doute aperçu dans vos rues des affiches au titre "Mon libraire, mon univers". De quoi s'agit-il ? Certes, l'agréable dessin d'un transat nous invite à aller voir un site internet, mais rien d'explicite ! En fait, il s'agit d'un évènement à l'initiative du CRL de la Franche-Comté, proposant des animations variées dans de nombreuses librairies ; dans la région, mais aussi aux alentours : à Dole, à Belfort, ou encore à Salins-les-Bains.

Je fais passer le mot :

"Rendez-vous dans les librairies du 30 mars au 8 avril pour rencontrer des auteurs, des éditeurs, participer à des concours, des ateliers, assister à des spectacles. Plus de cinquante événements vous attendent!

Le programme complet est en ligne sur le site du CRL.

Vos libraires se mobilisent également sur Facebook : découvrez les équipes, les coups de cœur, etc. sur la page du CRL.

Soutenons nos libraires indépendants!"