Skip to content

Lo diāle èt l’mèrchau

J'ai raconté Lè biquète èt sés boquîns à trois groupes de personnes âgées, et j'ai à chaque fois rencontré un franc succès ! C'est décidé, les contes lorrains reviendront régulièrement dans nos animations auprès des maisons de retraite et de rééducation. Alors je vais continuer à vous retranscrire des histoires en patois lorrain, en espérant qu'elles vous servent à vous aussi. Voici : lo diāle èt l'merchau / le diable et le maréchal-ferrant.

Image de la photographe Danièle Nguyen Duc Long,
latribudanaximandre.com

Ç'oteut eune fwès i mèrchau, i brave ome, mās i n'èveūt m'pus d'relijion que zout'chîn.
C'était (il y avait une) fois un maréchal-ferrant, un brave homme, mais il n'avait pas plus de religion que leur (son) chien.

Note mèrchau oteūt i trés bon'ome, chèque fwès qu'i-n-y pèsseūt i-n-ètrinjè dans l'vlje, i l'inviteūt è v'nîn minjè cheuz lu,
Notre maréchal était un très bon homme, chaque fois qu'il [n'y] passait un étranger dans le village, il l'invitait à venir manger chez lui,

èt si 'l èveūt èvu lo maleūr d'ḗte trampè pè lè piōwe, note mèrchau i bèyeūt ico dés-èbits sans indèmnité.
et s'il avait eu le malheur d'être trempé par la pluie, notre maréchal lui donnait encore des habits sans indemnité.

Mās lo poūre ome s'èveūt rūne è lè foūhhe,
Mais le pauvre homme s'avait (s'était) ruiné à [la] force (d'agir ainsi),

èt eune ble jonāye que 'l oleūt veūr si i n'treuvyinreūt pwint d'sous, i ranconteur lo diāle.
Et un beau jour qu'il allait voir s'il ne trouverait point de sous, il rencontre le diable.

I li d'mande tot d'hhute èyou qu' 'l oleūt, èt lo mèrchau i rèpond qu' 'l oleūt chorchè des sous.
Il lui demande tout de suite où [qu']il allait et le maréchal lui répond qu'il allait chercher des sous.

- Si ç'not qu' ç'lè, que dit l'diāle, j't'an bèyra, sulmant i faut que t'mo vandèsse t'n āme.
- Si ce n'est que cela, [que] dit le diable, je t'en donnerai, seulement il faut que tu me vendes ton âme.

Lo mèrchau prand lè pieume èt signe èvo so sang lo contrèt don diāle.
Le marchand prend la plume et signe avec son sang le contrat du diable.

- Teu treuvyinrés i tas d'pièces d'oūr dans vote jèdîn, d'zos i greus'li, que dit lo diāle,
- Tu trouveras un tas de pièces d'or dans votre jardin, sous un groseillier, [que] dit le diable,

mās au bout d'sèpt-ans j'wyinrā qwḗre t'n āme.
mais au bout de sept ans, je viendrai chercher ton âme.

Lo mèrchau an vā contant èt treuve l'erjant. 'Loteūt ico eune fwés aussi contant qu'aupèrèvant.
Le maréchal (s')en va content et trouve l'argent. Il était encore une fois aussi content qu'auparavant.

Eune jonāye qu'i pieuveūt come tous les diāles, Jésus-Crist èt sint Pḗre pèssent pè lo v'lḗje éyou que d'moreūt note mèrchau.
Un jour qu'il pleuvait comme tous les diables, Jésus-Christ et St. Pierre passent par le village où [que] demeurait notre maréchal.

I lés fāt donc antrè, i bèye dés-èbits po so r'chinjè èt èprès qu' 'l ont èvu beun' sopè, i lés mot couchè dans i bwin lit, et tout çolè po ryin.
Il les fait donc entrer, leur donne des habits pour se changer et après qu'ils on eu (eurent) bien soupé, il les met coucher dans un bon lit, et tout cela pour rien.

Lo land'min, quand' nos-ōtes ont ètu leuvès, is d'junent èt is quitent lo mèrchau sans minme y dire mèrci.
Le lendemain, quand nos hôtes (furent) levés, ils déjeunent et quittent le maréchal sans même y (lui) dire merci.

Quand' 'l ont èvu marchè i piot bout de ch'mîn, voç' que Jésus-Crist è pansè qu'is n'èvînt m'seul'mant r'mèrciè zout' byinfèteur è i dit è sint Piḗre :
Quand ils eu (eurent) marché un petit bout de chemin, voici que Jésus-Christ a pensé (pensa) qu'ils n'avaient pas seulement remercié leur bienfaiteur et il dit à St. Pierre :

- Retone, remèrcīè lo mèrchau èt dit qu'i s'i fèyèsse treūs d'mandes qui s'ront ècordāyes.
- Retourne, remercie le maréchal et dis lui qu'il se fasse trois demandes qui (lui) seront accordées.

Sint Piḗre fāt donc lè comission èt i dit au mèrchau : Teu vas hhūr'mant d'mandè lo pèrèdis.
St. Pierre fait donc la commission et il dit au maréchal : Tu vas sûrement demander le paradis.

- Laye mo fāre, que dit lo mèrchau, lo pèrèdis vyinrè è lè fin. Èt i comance è fāre sés d'mandes.
- Laisse-moi faire, [que] dit le maréchal, le paradis viendra à la fin. Et il commence à faire ses demandes.

- Preumiḗr'mant que lo çu que so motrè èhhieute sus note bioc rèstèsse ècolè d'sus jusque j'i dīrā d'an-n-olè.
- Premièrement que celui qui se mettra assis sur notre bloc reste [ac]collé dessus jusqu'à ce (que) je lui dirai (dise) d(e s')'en aller. (Un bloc est un tronc d'arbre qui se trouve ordinairement devant les maisons, et où, la journée finie, on vient s'asseoir pour qwārier, pour causer.)

Deūsièm'mant, que lo çu que s'èpoyrè èprès mè grīye rèstèsse jusque j'i dīrā d'an-n-olè.
Deuxièmement, que celui qui s'appuyera après ma grille reste jusqu'à ce (que) je lui dirai (dise) d(e s')'en aller.

Treūhièm'mant que lo çu que motrè lè min èprès mo pwḗri dans note jèdîn rèstèsse èprès jusque j'i dīrā d'an-n-olè.
Troisièmement que celui qui mettra la main après mon poirier dans notre jardin reste après jusqu'à ce (que) je lui dirai (dise) d(e s')'en aller.

Au bout d'sèpt ans, vol lo diāle qu'anvoye înk de sés sèrviteūrs po olè chorchè lo mèrchau.
Au bout de sept ans, voilà le diable qui envoie un de ses serviteurs pour aller chercher le maréchal.

'L'an vā donc' cheuz lo mèrchau èt li dit : Lo diāle m'è anviè to chorchè.
Il (en) va donc chez le maréchal et lui dit : Le diable m'a envoyé te chercher.

- Èh byins ! anteur, que dit lo mèrchau, j'olans cāssè eune crote devant qu'dan-n-olè.
- Eh bien ! entre, [que] dit le maréchal, nous allons casser une croûte avant [que] d'en (de nous en) aller.

Is so motent donc' ehhieute tos les dous,
Ils se mettent donc assis tout les deux,

èt come lo mèrchau n'èveūt qu'eune chīre an sè chambe, i li dit è l'aute de s'èhhieutè sus l'bioc.
et comme le maréchal n'avait qu'une chaise dans (en) sa chambre, il [lui] dit à l'autre de s'asseoir sur le bloc.

Mās quand' 'lè v'lu an-n-olè, l'è rèstè ècolè sus lo bioc.
Mais quand il a voulu (voulut) (s')en aller, il a resté (resta) collé sur le bloc.

- To vol prîns, que li dit lo mèrchau, si teu n'mo bèyes meu ico sèpt-ans, teu n'an vrés m'.
- Te voilà pris, [que] lui dit le maréchal, si tu ne me donnes pas encore sept ans, tu n'(e t')en iras pas.

Lo poūre diāle i è donc bèyè èt lo vol ranvoye couyon come i chî dans i ju d'guèyes.
Le pauvre diable lui a donc donné (les lui donna donc) et le voilà parti c... comme un chien dans un jeu de quilles.

Au bout d'sèpt-ans, vol i douzième sèrviteūr que vyint o qwḗre, mas bote au diāle ! i s'èpoye èprès lè grīye è 'l è byin folu qui li bèyèsse ico sèpt-ans.
Au bout de sept ans, voilà un deuxième serviteur qui vient le chercher, mais botte au diable ! il s'appuie après la grille et il a bien fallu qu'il lui donne encore sept ans.

Anfin vol lo diāle qui vyint li minme au bout dés dousièmes sèpt-ans po qwḗre lo merchau.
Enfin voilà le diable qui vient lui-même au bout des seconds sept ans pour chercher le maréchal.

- Po qu'lés jans ne nos wèyèssent mè, que dit lo mèrchau, j'olans pèssè pè note jèdîn.
- Pour que les gens ne nous voient pas, [que] dit le maréchal, nous allons passer par notre jardin.

An-n-èrivant d'vant lo pwḗri, lo mèrchau rampyit sés moles de pwḗres et li dit au diāle d'an kiè aussè.
En arrivant devant le poirier, le maréchal remplit ses poches de poires et [lui] dit au diable d'en prendre aussi.

Lo diāle tand sè min po an kiè, mās i n'è p'lu lè r'tīriè.
Le diable tend sa main pour en cueillir, mais il n'a pu (ne put) la retirer.

- Si teu n'mo bèye mè to cal'pîn po m'èfauciè, que dit lo mèrchau, teu n'an vrès m'.
- Si tu ne me donnes pas ton calepin pour m'effacer, [que] lui dit le maréchal, tu n'(e t')en iras pas.

Lo diāle i bèye donc' son cal'pîn èt lo mèrchau oteūt quite de tout'.
Le diable lui donne donc son calepin et le maréchal était (fut) quitte de tout.

È lè fin, vol note mèrchau que meūrt. 'L an vā è l'euhh don pèrèdis po treuvè sint Piḗre,
À la fin, voilà notre maréchal qui meurt. Il (s')en va à la porte du paradis pour trouver St. Pierre,

mais i li rèpond : Teu n't'è m'sohādiè lo pèrèdis, vè t'an an nanfé !
mais il (St. Pierre) lui répond : Tu ne t'as (es) pas souhaité le paradis, va-t'en en enfer !

L'an vā donc' treuvè lo diāle qui dit : Je n'an v'lans pwint come tè an nanfè.
Il (s')en va donc trouver le diable qui dit : Nous n'en voulons point comme toi en enfer.

I ranvā donc' treuvè sint Piḗre po lo fāre antrè an pèrèdis èt il y ot d'peus lo tamps.
Il retourne donc trouver St. Pierre pour le faire entrer en paradis et il y est depuis [le] ce temps.

Retranscrit de Textes patois recueillis en Lorraine par L. ZELIQZON et G. THIRIOT. Metz, 1912. 477 p. Extrait des p. 13 à 17.