Aller au contenu

Lè biquète èt sés boquîns

La bique et ses petits. Version du conte la chèvre et de ses sept chevreaux, collecté auprès de Madame Grimard à Coin-sur-Cuvry, Lorraine, en patois.

Vous connaissez bien sûr le conte la chèvre et de ses sept chevreaux ! En voici la version lorraine, collectée auprès de Madame Grimard à Coin-sur-Cuvry, en patois, suivie de sa traduction française. Eune fwès...

Eune fwès i n-èveūt eune m'man biquète qu'èveūt cînq'piots boquîns. Eune bḗle jonāye èle i è dit : "Més piots boquîns, j'man vās au boūs chorchè pyin més connes de vḗrts botons èt pyins més muemes de lacion. Veus n'd'vḗreūz m'l'euhh poç'que lo loup vyinreūt èt pus v'trangnreūt. Veus n'd'vēreūz m'que quand'je montèrrā mè bianche pète pè lè polīre."

Quand'lè m'man biquète è ètu anvoye, vol'lo loup èrivè.

- Toc, toc !
- T'y ot ç'qu'ot tolè ?
- Ç'ot vote m'man biquète que rèpoūte pyin sés connes de vḗrts botons èt ses meumes de lācion, més piots boquîns, d'vèyeūz m'l'euhh !
- Montreūz n'vote bianche pète èt pis je v'creūrans.

Mās lo loup èveūt lè pète tote neūre. I s'an vā tojos corant dans i molîn, l'è trampè sè pète dans l'auje, èt pis i l'è mîns dans lè fèrène. I r'tone au boūs èt monteur sè bianche pète aus piots boquîns qui i ont d'vé l'euhh. Lo manre droūle s'è j'tè d'sus èt an-n-è trangnè qwète Lo cabri s'è sauvè d'zos l'lit èt s'y è cwèchè dans i sèbot.

Quand' lo loup è èti anvoye, 'lè ètu fromè l'euhh tot d'bé, douç'mant, jusque qu'sè m'man biquète è revn'în. Quand' 'l è rantrè dans lè chambe, èle li d'mande èyou qu'otînt sés fréres.
- Lo loup è v'nîn èt lés-è trangnès, qu'i li è r'pondu.
- Ah ! lo sèlèrāt, i mo l'pèy'rè !

Lè m'man biquète è fat hhaufiè i grand chaudron d'ōwe au crèmau. Quand' 'l è ètu byin chaude, 'l è mîns eune bḗle sèrviote bianche sus lè tauye, èt pus 'lè ètu invitè l'loup è v'nîn minjè dés poussotes, que 'l an-n-èveūt pyin i chaudron, mās i foleūt pèssè lè cheum'nāye, pèç'que zout' euhhoteūt chu.

Lo loup è v'nîn. Quand' 'l è ètu an haut, lè m'man biquète è growyè èvo i grèmon, 'l è fā cheūr lo loup dans l'chaudron d'ōwe chaude.

"Choc ! lo cul, choc ! lè pète, m'man biquète, j' n'y v'rā pus ; choc ! lo cul, choc ! lè pète, m'man biquète, j' n'y v'rā pus."

Mas lè m'man biquète r'toneūt tojos jusque qu' 'l è ètu creuvè. "Tyins, p'hhé, teu n'minj'rés pus més piots boquîns !"

Traduction française

La bique et ses petits

Une fois il y avait une maman biquette qui avait cinq petits boquins. Une belle journée elle leur dit : "Mes petits bouquins, je m'en vais au bois chercher plein mes cornes de verts botons, et plein mes pis de lait. Vous n'ouvrirez pas la porte, parce que le loup viendrait et puis vous étranglerait. Vous n'ouvrirez que quand je montrerai ma patte blanche par la chattière."

Quand la maman biquette a été (fut) partie, voilà le loup arrivé.

- Toc, toc !
- Qui est-ce qui est là ?
- C'est votre maman biquette qui rapporte plein ses cornes de verts boutons et (plein) ses pis de lait, mes petits boquins, ouvrez-moi la porte.
- Montrez votre patte blanche, et nous vous croirons.

Mais le loup avait la patte toute noire. Il s'en va toujours courant dans un moulin, il trempe sa patte dans l'auge, et puis il l'a mise (la mit) dans la farine. Il retourne au bois et montre sa patte blanche aux petits bouquins qui lui ont ouvert (ouvrirent) la porte. Le mauvais drôle s'a jeté (se jeta) dessus et en a étranglé (étrangla) quatre. Le cabri s'a sauvé (se sauva) sous le lit et s'y a cacha (se cacha) dans un sabot.

Quand le loup a été (fut) parti, il a été fermer (ferma) la porte la porte tout [de beau], doucement, jusque (jusqu'à ce que) sa maman biquette a (fut) revenu(e). Quand elle a entré (entra) dans la chambre, elle lui demande (demanda) où [qu']étaient ses frères.

- Le loup est venu et les a étranglés, [qui] lui a répondu (lui répondit-il).
- Ah ! Le scélérat, il me le paiera.

La maman biquette a fait (fit) chauffer un grand chaudron d'eau à la crémaillère. Quand elle a été (fut) bien chaude, ella a mis (mit) une belle serviette blanche sur la table, et puis elle a été (alla) inviter le loup à venir manger de la bouillie, qu'elle en avait plein un chaudron (dont elle...) mais il fallait passer par la cheminée, parce que leur porte était tombée.

Le loup est venu (vint). Quand il a été (fut) en haut, la maman biquette a remué (remua) avec un fourgon, (et) elle afait (fit) tomber le loup dans le chaudron d'eau chaude.

"Choc, le c... !, choc la patte ! Maman biquette, je n'irai plus ! Choc, le c… !, choc la patte ! Maman biquette, je n'irai plus !"

Mais la maman biquette retournait toujours jusque (jusqu'à ce) qu'il a été (fut) crevé. "Tiens, cochons, tu ne mangeras plus mes petits bouquins !"

Exactement retranscrit de Textes patois recueillis en Lorraine par L. ZELIQZON et G. THIRIOT. Metz, 1912. 477 p. Extrait p.45 à 48.