Aller au contenu

2

Véra Baboun est maire de Bethléem depuis 2012. Elle est la première femme à être élue à la tête d'une ville en Palestine. Elle raconte le contexte politique, culturel et religieux de la ville, ce qui l'a conduit à se présenter aux élections, les obstacles qu'elle rencontre aujourd'hui, les projets qu'elle porte.

«Pour l’amour de Bethléem» de Vera Baboun - RFI

Lire la suite

😀

Anna vit dans une belle maison victorienne, au milieu des bois. Un cadre idyllique et sécurisant... entouré de créatures sylvestres mystérieuses. Qui la guettent. Qui l'attendent. Quel est leur dessein ? Quel est son destin ?

Lire la suite

😀

La ruée vers l’or a connu ses grandes figures : Buffalo Bill, Calamity Jane… Puis a suivi une autre génération de personnages légendaires moins connus aujourd’hui, mais tout aussi valeureux. Notamment les Steelmen : quatre mercenaires forcenés. Tantôt éclaireurs de l’armée, tantôt chasseurs de primes pour leur propre compte…

Walter est le fils du plus courageux des quatre. Mais ce père inconnu avait été séduit par une squaw dans sa jeunesse : la vipère. Puis il s’était remarié, et fut assassiné par l’indienne alors que sa nouvelle femme était enceinte. Vingt ans plus tard, gonflé par le roman épique des légendes des Steelmen, Walter part se venger. Mais la vieille squaw a une autre version des faits à lui apporter. Pourra-t-il l’entendre ?

Vous avez tout compris ? Alors vous pouvez lire le livre ! Moi, j’ai adoré, mais je vous préviens, la lecture est dure.

Dure, parce que complexe : l’auteure nous fait suivre trois temporalités. Celle de Walter, celle de Winona (l’indienne), et celle du roman que Walter consulte régulièrement pour confronter les deux points de vue. Et, clairement, c’est la version de Winona qui prend le plus de place. Elle raconte à Walter ce qui l’a amené à pousser ce meurtre, jusqu’à la racine. Cela l’amène à raconter sa vie, et à nous en apprendre énormément sur le contexte historique.

Dure, parce que violente : Winona nous plante face aux victimes de la ruée vers l’or. Les indiens, les papooses, et les femmes, qu’elles soient rouges ou blanches. Elle nous raconte par exemple l’acculturation des jeunes indiens par les missions catholiques : garçons et filles étaient séparés et éduqués dans des couvents sévères et maltraitants. Winona reste pudique sur les atteintes à la sexualité qui y avaient cours, mais elle ne mâche pas ses mots sur les conséquences traumatiques qui s’ensuivaient : violences entre enfants, suicides, meurtres…

Une histoire et une Histoire difficiles, où la Liberté n’a pas de prix.

 

À partir de 16 ans

 

BOUSQUET, Charlotte. Celle qui venait des plaines. Gulf Stream, 2017. 360 p. ISBN 2354884826
À paraître le 12/10/2017.