Aller au contenu

Zahira, 18 ans, vivant en Belgique, se voit mariée de force, selon la tradition. Sa grand-mère, sa mère, sa sœur, toutes sont passées par là. Il n'y a pas de raison qu'elle s'y oppose. Il ne faut pas qu'elle s'y oppose. Ce serait un déshonneur pour le père, on jaserait dans tout le Pakistan qu'il n'aura pas su maîtriser sa fille. Pourtant, malgré l'amour qu'elle porte à sa famille, Zahira refuse. Impossible d'en parler, chaque parent est inflexible. Alors elle fugue, flirte, retourne vers sa famille puisqu'elle l'aime et croit qu'elle peut tout arranger à la place d'un mariage arrangé, puis fugue à nouveau. Toute la famille est réellement tiraillée entre l'affection et les obligations sociales.

Film documentaire ou avertissement pressant aux jeunes filles concernées ?
Le scénario, tendu, passe de dialogues de sourds en solutions qui ne font qu'augmenter le malaise. Et, tout à coup, le générique s'abat sur une fin soudaine, en vous abandonnant sans pitié à des réflexions pas si sereines.

Impossible de rester indifférent !

 

STREKER Stephan, réalisateur ; EL ARABI Lina, actrice. Noces. Daylight films, 2016. 98min.

Avez-vous déjà eu la curiosité d'aller glaner la transposition de certaines expressions dans d'autres pays, d'autres régions ? Voici ce que ça donne pour "Il n'a pas la lumière à tous les étages" :

"Il n'a pas tous les bœufs à la maison" (Roumanie)
"Son bouillon n'a pas tout à fait bouilli" (Côte-d'Ivoire)
"Il n'a pas les pieds dans les mêmes sabots" (Corse)
"Il a été bercé trop près du mur" (Jura)

Vous connaissez peut-être d'autres équivalents ? Mettez-les en commentaires 🙂

Venez lire un extrait de votre livre préféré !

L'évènement de "la nuit de la lecture" est organisé par le ministère de la culture et de la communication, pour la première fois cette année. Il a déjà eu lieu, en fait, le 14 janvier, mais la librairie Forum de Besançon fait du rattrapage. Venez lire un extrait de votre livre préféré !

Inscriptions et infos : www.forum-besancon.fr

Aujourd'hui, on appellerait ça une dépression. On l'expliquerait psychologiquement, et on lui administrerait un traitement. Au XIIème siècle, c'est tout simplement une malédiction. Je vous laisse imaginer les solutions envisagées à cette époque...

Roland, seigneur et chevalier, quitte ses terres et sa femme pour les croisades. Le voyage s'annonce bien : ripaille, pillages, coucheries... Mais rapidement, Roland se plaint d'être la cible de tous les ennuis. Il ne retrouve pas son épée, ses hommes meurent un par un, les oiseaux lui défèquent dessus, sa libido est à zéro, ses amis le raillent, les autochtones ne se laissent pas piller, les oiseaux lui défèquent indubitablement dessus... Sa réaction : râler et attendre le prochain coup du sort.

Aujourd'hui, on diagnostiquerait une dépression. On l'expliquerait psychologiquement, et on administrerait un traitement. Au XIIème siècle, on appelle ça une malédiction. Et je vous laisse imaginer les solutions envisagées à cette époque...

Un récit à la fois cynique et comique, très représentatif de la période médiévale. La chute est magistrale !

 

Rémy BENJAMIN, PERO. Un jour sans. Ankama Editions, 2010. 80 p. ISBN 978-2-35910-037-2.

 

Allez ! Un autre extrait qui n'a rien à voir, juste pour le plaisir :

Jeremy, Sebby et Mira ont chacun leur histoire, difficile, qui influe sur leur vie de tous les jours. Le mal-être, la dépression, le manque d'assurance les empêche d'aller vers les autres et de prendre plaisir à vivre, chacun pour des raisons différentes. Leur rencontre leur permet de trouver d'autres solutions que les médicaments, leur donne des repères. Mais cet équilibre est aussi précieux que fragile.

Jeremy, Sebby et Mira ont chacun leur histoire, difficile, qui influe sur leur vie de tous les jours. Le mal-être, la dépression, le manque d'assurance les empêche d'aller vers les autres et de prendre plaisir à vivre, chacun pour des raisons différentes. Leur rencontre leur permet de trouver d'autres solutions que les médicaments, leur donne des repères. Mais cet équilibre est aussi précieux que fragile.

Bien loin du pathétique, Kate Scelsa nous nous invite à partager sans juger les sentiments et les souvenirs de ses trois personnages. Leurs excentricités et leurs maladresses, leurs doutes et leurs convictions. La magie qu'ils tentent de mettre dans leur vie pour pouvoir se donner l'illusion que tout est possible et continuer d'avancer.

 

SCELSA Kate. Fans de la vie impossible. Gallimard, 2017. 363 p. ISBN 978-2-07-066615-7