Aller au contenu

Mohammad, ma mère et moi

Marie-France, bourgeoise du 7e arrondissement de Paris, décide d’héberger un migrant. C'est ainsi que Mohammad débarque dans son hôtel privé, chic et artistique. Chic choc, choc des cultures, choc des personnalités aussi sans doute. Quelques mois plus tard, Mohammad a le moral en-dessous de zéro. Mais il reste accroché à son projet : réussir à sciences po.

Cette histoire vraie est racontée par son fils, cinéaste aux États-Unis, témoin direct de la politique de Donald Trump.

J'avais vu la promo de ce livre à la télévision : les trois protagonistes ont été interviewés sur le plateau de Quotidien. Ce qui m'avait interpellé, c'était  le contraste entre la réserve de Mohammad et l'enthousiasme de Mme Cohen. Toute cette histoire m'avait semblé (à moi) un brin paternaliste.

Depuis, j'ai lu le livre. Et, paternalisme ou pas, ces trois personnes ont fait un bel effort d'échange et d’adaptation. Cohen réussit le numéro d'équilibriste de dévoiler l'histoire personnelle de Mohammad avec distance et respect. Il la compare - non sans humour - avec sa propre migration, sa propre pratique de la religion.

Et il réussit un autre équilibre. Face à ce passé difficile et les obstacles désespérants, il apporte un souffle providentiel : les initiatives de citoyens et d'associations. Comme Singa, qui propose notamment une plateforme de rencontre pour accueillants et migrants : le site Calm.

Les responsables de l'association se sont rendu compte que, malgré le dysfonctionnement dans l'accueil des migrants aujourd'hui en France, il ne servirait à rien de le dénoncer, qu'il fallait plutôt essayer de créer des modèles inspirants, pour que chacun puisse s'emparer de ces outils-là et agir soi-même [...] Ils viennent, par exemple, d'être contactés par Airbnb qui les a interrogés sur les moyens d'agir auprès des réfugiés après l'arrivée de Trump au pouvoir.

- Si une société de cette envergure se met à intervenir dans ce domaine, on ne parle plus de centaines de lieux d'accueil, mais plutôt de millions. Et ça change complètement la donne. En se laissant aller à un peu d'optimisme, on peut même imaginer que cela modifie l'équilibre du monde.

Pour résumer : une histoire dure et réelle, mais aussi des mots qui font du bien !

 

COHEN, Benoît. Mohammad, ma mère et moi. éd Flammarion, 2018. (Hors collection). 283 p. ISBN 9782081421202

Interview vue sur TMC à l’émission Quotidien le 04/04/2018, de 19h20 à 19h40 env.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *