Aller au contenu

Le réveil de Zagapoï

🙂

Adriana fait partie d’une équipe scientifique envoyée dans la forêt tropicale de la Guyane. Leur mission : tester le GENIBE, un nouvel insecticide contre les moustiques.

Adriana est pleine de bonnes intentions. Éradiquer les moustiques, c’est éradiquer les maladies qu’ils transportent (le paludisme, la dengue, etc.). Mais le professeur Todorov s’est bien gardé de donner le détail de sa formule. Son but est plutôt de gagner la course au brevet, quel qu’en soit le prix. Quelles seront donc les conséquences sur l’environnement ?

https://images-eu.ssl-images-amazon.com/images/I/51HNtvi4OaL._SX195_.jpg

La suite est carrément fantastique : les animaux s’allient (plus ou moins) contre l’expédition. Le dieu Zagapoï se réveille des tréfonds du mont Karimé. Le combat s’engage de façon épique. On nage dans l’irréel. J’adore !

Ce que j’ai moins aimé, c’est l’aspect manichéen. Adriana / Pr Todorov, les hommes / la nature. Le personnage de Salomon, sorte d’humain habité par l’esprit de la forêt, a beau amener de la complexité, on est tout de même dans une opposition annoncée dès le début du livre : « Les Habitants, ce sont les animaux de la forêt. Ils ont toujours vécu ici. […] Les Autres, ce sont les hommes. Ils sont venus. Ils ont pillé la nature. ». Comment amener à l’écologie en culpabilisant ?

Malgré tout, le but de l’ouvrage est atteint : montrer les enjeux de l’humain sur la planète, trop grands, dépassant l’individu. Et l’auteur nous les explique très bien.

 

CLÉMENT, Yves-Marie. Le réveil de Zagapoï. Le muscadier, 2017. (Rester vivant). 184 p. ISBN 979-10-90685-97-0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *