Skip to content

Kérozène

:-/

"23h12. Une station-service le long de l'autoroute, une nuit d'été. Si on compte le cheval mais qu'on exclut le cadavre, quatorze personnes sont présentes à cette heure précise." Voici la première phrase du roman, et voilà comment on peut le résumer. On passe d'un personnage à l'autre, d'une histoire à l'autre, comme un visiteur, pour voir.

Et ce n'est pas toujours beau à voir ! Pour ceux qui aiment les auteurs qui torturent leurs personnages, allez-y tout droit. Moi, j'ai aimé le procédé d'écriture, reconnaître les bouts d'histoires qui s'imbriquent comme un puzzle. Mais l'image finale n'est pas jolie-jolie. Ce qui arrive aux uns et aux autres est juste gore et gratuit. Peut-être l'auteure a-t-elle voulu montrer que, parfois, le crime reste impuni, le malheur peut frapper n'importe où n'importe quand. Ou peut-être a-t-elle eu juste envie de se défouler. En tout cas, c'est efficace !

IEUDONNÉ, Adeline. Kérozène. L'iconoclaste, 2021. 257 p. ISBN 9782378802011