Aller au contenu

Pollen

Tout commence par le meurtre de Sandre. Il est aussitôt condamné et envoyé sur "Le Bouclier". Ses deux sœurs sont toutes deux bouleversées par cette séparation soudaine. Salem, l'intrépide, fait tout se rendre elle aussi sur le bouclier. Sarah, la plus réfléchie, se ressaisit plus tardivement et entre en politique pour prôner l'égalité hommes-femmes.

Mais en cherchant ainsi à se réunir à nouveau, les trois frères et sœurs auront à prendre un risque irréparable : percer à jour l'horrible secret de la fondation de Pollen.

Comment vivrait une société dans laquelle les femmes connaîtraient tous les secrets de la fécondation in vitro ? Sans doute ne porteraient-elles plus d'enfants. Et, sans doute, l'acte sexuel n'aurait pas la même signification. N'importe qui pourrait couchait avec qui il voudrait n'importe quand, sans que cela aie de conséquence, sans que personne ne vous juge. Les femmes, alors égales aux hommes, rendraient le monde meilleur.

...En êtes-vous sûrs ?

C'est la piste qu'a exploré Joëlle Wintrebert dans son livre de science-fiction Pollen. Et ça ne se passe pas aussi bien qu'on voudrait l'espérer.

La planète Pollen fut colonisée par "les 100 Mères", rescapées d'une guerre. Pour elles, c'est acquis, ce sont les hommes qui l'ont provoquée. Ils sont violents, peuvent mener un monde à sa perte. Aussi, en fondant leur civilisation, Jade, leur leader, imposa un plan de naissance : chaque fécondation donnerait des triplés (la "triade"), toujours composée de 2 filles et 1 garçon.

La plupart d'entre eux sont envoyés dès leur adolescence sur "le bouclier" : un astéroïde gravitant autour de la planète. Une civilisation annexe à part entière : là-bas, les hommes vivent avec leur femme, et peuvent avoir une vie de famille "à l'ancienne" : les femmes ne peuvent être fécondées autrement que par les hommes. Ils peuvent s'adonner à la guerre en protégeant la planète contre les envahisseurs de l'espace et les vaisseaux pirates intergalactiques.

Joëlle Wintrebert développe ainsi de nombreux aspects de son monde : l'habitat (en communion avec des arbres-maisons), la médecine, l'Histoire, la politique (une fallacieuse démocratie), l'éducation, l'urbanisme, etc., Et la sexualité : moyen d'épanouissement, de manipulation, de fins politiques... Alors, de l'homme ou la femme, qui est le pire ?

Un monde extrêmement bien cousu, mais une histoire racontée avec trop de recul. Les ellipses sont soudaines, les actions rapidement abandonnées pour la suivante... On a du mal à s'immerger. À conseiller aux amateurs de constructions de mondes, donc.

WINTREBERT, Joëlle. Pollen. Au diable Vauvert, 2016. 353 p. ISBN 9781030700350

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *