Aller au contenu

Marked

"N'écris pas au crayon, ma fille, c'est bon pour ceux qui se trompent." Un poème de Carmen Taffola.

Never write with pencil,
m’ija.
It is for those
who would
erase.
Make your mark proud
and open,
Brave,
beauty folded into
its imperfection,
Like a piece of turquoise
marked.

Never write
with pencil,
m’ija.
Write with ink
or mud,
or berries grown in
gardens never owned,
or, sometimes,
if necessary,
blood.”

― Carmen Tafolla

 

Je suis tombée sur ce texte en 2010, en Irlande, à un évènement de poésie. J'étais en train de me demander ce que je fichais ici : je ne m'intéressais pas du tout à la poésie. Et voilà qu'après sa lecture, je ne vois plus l'écriture de la même façon. En voici ma réinterprétation en français :

 

N'écris pas au crayon, ma fille, c'est bon pour ceux qui se trompent.
Rends ton écriture fière, large et courageuse,
Belle dans toute son imperfection,
Comme une pièce de turquoise,
Unique

N'écris pas au crayon, ma fille,
Écris à l'encre, à la boue, au jus de baies volées dans un jardin sauvage,
ou parfois, s'il le faut,
au sang

 

Radical, mais osé.
Alors, il ne vous donne pas la chair de poule, ce poème ?

1 thought on “Marked

  1. Anne Seuillot

    Non,
    ce texte ne me donne pas la chair de poule, il est plutôt encourageant, dynamisant, porteur ; il incite la personne à ne pas rester timorée, mais à s'affirmer ; d'après moi, l'auteure dit "tu n'as plus besoin de gomme, ma fille, maintenant que ta pensée est aiguisée et ton geste maîtrisé, tu peux écrire directement à l'encre. Ton idée, juste, a suffisamment d'importance pour pénétrer le papier et perdurer dans le temps. C'est comme "passer en direct" sur les ondes ou les écrans.
    A l'image d'un musicien, il lui est bien sûr plus facile d'improviser lorsqu'il a monté et descendu bien des gammes auparavant.
    Un texte écrit au crayon est effaçable, modifiable et voire falsifiable mais (pratiquement) pas celui qui est écrit avec des pigments ou teintures.
    Il serait intéressant de connaitre le contexte, notamment historique, de ce texte ; si la mère évoque aussi le sang, ce n'est certainement pas pour faire dans le style "gore" mais qu'il doit y avoir des enjeux particulièrement importants à défendre, un honneur par exemple qui mérite de mourir ou de tuer (cas extrêmement rares, j'imagine!)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *